La carte comme outil de vulgarisation

Est-ce qu’on mélange des pommes, des bananes et des oranges? Avec tout ce qu’on entend au Québec concernant le dossier Northvolt, il est parfois difficile de s’y retrouver. Pas le même site pour l’usine de batteries autorisée et le projet immobilier refusé? Pas le même emplacement?

J’ai donc consulté les documents rendus publics, dont les cartes des projets et des milieux humides. J’ai géoréférencé le tout dans QGIS et je vous ai préparé un petit gif animé. Trêve de BD et d’illustrations pour une très rare fois sur ce blogue, mais ça demeure de la vulgarisation!

Carte animée comparative du projet d'usine de batteries Northvolt et du projet immobilier MC2 en Montérégie, présentant leur empiètement respectif sur les milieux naturels.

Le projet Northvolt est une grande usine de batterie promue pour la transition énergétique et qui s’installera sur un ancien site industriel qui a été en bonne partie décontaminé et renaturalisé. Ce dernier point aurait pu être une bonne nouvelle pour l’objectif de restauration de 30 % des habitats dégradées, adopté lors de la COP15 à Montréal (lire cette capsule BD sur les objectifs de la COP15). Je publie ci-dessous une comparaison succincte des impacts des deux projets sur les milieux naturels, dont une partie provient d’une publication que j’avais déjà mise en ligne sur LinkedIn. (Vous pouvez aussi lire la comparaison des deux projets qu’a fait Thomas Gerbet pour Radio-Canada.)

Globalement, le site de Northvolt est beaucoup plus vaste que celui du projet immobilier MC2: environ 101 ha contre 38 ha si on considère seulement les zones hachurées sur les cartes. Ce sont celles qui représentent l’empiètement permanent des projets.

Carte comparatives des projets d'usine de batteries Northvolt et du projet immobilier MC2, en Montérégie, et de leur empiètement sur les milieux humides

Le projet Northvolt empiète donc beaucoup plus sur les milieux naturels, dont sur les milieux humides auxquels le ministère de l’Environnement (MELCCFP) prête une attention particulière dans ses analyses. Les milieux humides n’ont pas nécessairement la même valeur écologique et la même importance. Mais n’oublions pas le contexte: le projet se situe en Montérégie, dans un bassin versant très dégradé où il reste moins de 5 % de milieux humides. Donc, tous les milieux humides restant sont importants.

Carte de la localisation de l'usine de batterie Northvolt en Montérégie (Québec) dans l'étude géotechnique de WSP d'octobre 2023 (à lage page
WSP, octobre 2023. NEW QUEBEC BATTERY PLANT PRELIMINARY GEOTECHNICAL INVESTIGATION (PREFEASABILITY STUDY) – NORTHVOLT AB. APPENDIX B – SITE LOCATION [carte disponible à la page 2197 de ce document rendu public par le MELCCFP ici.]

Toutefois, avant d’aller plus loin, notons le manque d’information disponible sur le projet Northvolt. Ce qui a été autorisé n’est qu’une première phase du projet. Cet aspect a d’ailleurs été critiqué au sein même du ministère de l’Environnement. Une carte préparée pour une étude géotechnique par WSP, un des consultants de Northvolt, montre une phase 2 du projet qui empiète encore davantage sur les milieux naturel (carte ci-dessus). Pour l’instant, le ministère refuse de dévoiler plus d’information sur la 2e phase (voir cette demande d’accès à l’information refusée à Alexandre Shields du Devoir). La configuration du projet a vraisemblablement changée, car le positionnement exact de la phase 1 n’est pas le même sur cette carte et dans le rapport d’analyse du ministère (carte ci-dessous).

Plan de localisation de l'usine de batteries Nortvolt, montrant les empiètement du projet sur les milieux naturels. Une carte préparée par WSP en décembre 2023.
(Carte tirée de la page 847 de ce document rendu public par le MELCCFP ici.)

Mais qu’en sera-t-il, à terme, de cette phase 2? Est-ce que les milieux naturels actuellement évités le seront aussi par cette nouvelle phase? Pour l’instant, je m’attarde à ce qui a été clairement établi dans les rapports d’analyses du ministère pour la première autorisation de Northvolt et pour le refus du projet MC2.

Habitat du Petit blongios

Carte de certains des milieux naturels de haute valeur écologique sur le site de l'usine de batteries Northvolt en Montérégie, à Saint-Basile-le-Grand et McMasterville


Le projet Northvolt évite les deux marécages arborescents (en rose sur la carte ci-dessus) qui constituent l’habitat du Petit blongios, une espèce d’oiseau migrateur désignée «vulnérable» au Québec. Toutefois, le projet d’usine de batteries empiétera sur 38 % de la zone tampon de 500 m exigé par le ministère (à noter que le ministère s’était préalablement entendu en août 2023 avec Northvolt sur un plan directeur de l’usine qui évitait 100% du tampon, mais que le promoteur a changé son plan en cours de route). Le projet MC2 faisait encore pire, en empiétant directement sur les deux marécages, les détruisant sur 66 % de leur superficie.

Le grand marécage arborescent MH17/MH508

Dans son analyse du projet MC2, le ministère insiste beaucoup sur le milieu humide « MH17 », un vaste marécage arborescent, hétérogène, à la flore variée (le marécage orange le plus au nord du site, sur les deux cartes précédentes). Ce marécage constitue entre autres un habitat intéressant pour les espèces d’oiseaux et de chauve-souris. Le projet immobilier MC2 prévoyait sa destruction totale. Dans son rapport, le ministère critiquait son promoteur qui n’en a pas fait suffisamment pour éviter ce milieu important. Il s’agit d’un argument parmi d’autres justifiant le refus d’autorisation du projet immobilier.

Le projet Northvolt prévoit aussi la destruction totale de ce marécage, renommée « MH508 » dans le cas de l’usine de batteries. Selon le rapport du consultant CIMA+, ce marécage présente des fonctions écologiques élevées: strates de végétations fournies et variées, importantes pour la conservation de la biodiversité; fonction élevée d’écran solaire et de brise-vent; séquestration du carbone élevée, contribution élevée à la qualité du paysage. Il est peu perturbé et exempt d’espèces exotiques envahissantes.

Pourtant, dans son rapport d’analyse du projet Northvolt, le ministère ne fait aucune mention de ce marécage MH17/MH508, qui sera pourtant totalement détruit par le projet. Il en avait pourtant parler longuement dans sa critique du projet MC2.

Habitat des tortues peintes, serpentines et molles à épine
Finalement, le projet MC2 prévoyait la destruction de deux milieux humides, dont un étang, servant d’habitat pour trois espèces de tortues (les milieux humides en vert sur les cartes précédentes). Dans son cas, Northvolt évite un de ces deux milieux et détruit l’autre. En compensation de la perte de ce dernier, Northvolt s’est engagé à faire approuver un projet de compensation et à le réaliser d’ici 2029. On sait comment les projets de compensation peuvent être hasardeux et que l’évitement doit être privilégié (lire cette capsule BD sur les enjeux de la compensation de milieux naturels).

Conclusion
Ces trois exemples sont les plus frappants au premier coup d’oeil. Il y en aurait d’autres. Il y a une panoplie d’autres milieux naturels affectés par le projet Northvolt, dont des milieux qui ne détiennent pas de protection aussi formelle que les milieux humides et hydriques, mais qui peuvent être aussi importants pour la conservation de la faune et de la flore. Par exemple, le ministère juge que «le projet entraîne la perte d’habitat pour la faune sur plus de 95 ha de milieux naturel (environ 81 ha de milieux terrestres et 14 ha de milieux humides). Cette superficie représente 56 % du site. La superficie des milieux naturels résiduels de 76 ha ne serait pas suffisante pour maintenir les fonctions essentielles au soutien de la biodiversité faunique locale et régionale [je souligne], en l’occurrence la faune aviaire [oiseaux], les tortues et les chiroptères [chauves-souris].» D’autres enjeux n’ont pas encore été pris en compte dans le cadre de cette première autorisation, notamment les impacts potentiels du pompage et du rejet d’eaux de refroidissement sur le Chevalier cuivrée, une espèce endémique menacée.

La destruction d’un milieu naturel demeure une destruction, peu importe la nature du projet. Cela dit, il peut être plus justifiable pour la société d’accepter, à contrecoeur, la destruction d’un milieu naturel pour un projet d’utilité publique qui ne peut être localisé ailleurs. Est-ce que le projet Northvolt est d’utilité publique et prioritaire? Existe-t-il des sites alternatifs d’implantation où un tel projet affecterait moins la biodiversité? Dans un contexte où il reste moins 5% de milieux humides dans ce bassin versant? Dans un contexte où les engagements internationaux de la COP15 visent la restauration des 30% de milieux naturels dégradés d’ici 2030? La démonstration ne semble pas avoir été faite.

En savoir plus…

Couverture du livre et bédéreportage Un Sacrifice tout naturel

Si vous voulez en apprendre plus sur mon travail et creuser davantage les enjeux de biodiversité, je vous invite à lire mon enquête en BD, Un Sacrifice tout naturel, sur les ratées de la protection de la biodiversité au Québec. Un coédition de La Pastèque et d’Atelier 10.

Vous pouvez aussi relire toutes mes capsules BD sur la COP15.

Références

Ce travail de cartographie et d’analyse repose principalement sur les documents rendus publics sur le registre des Réponses aux demandes d’accès aux documents du ministère de l’Environnement (ce registre étant un véritable fouillis, je vous recommande fortement d’utiliser une recherche Google ciblée sur le site).

  • Le rapport d’analyse environnementale accompagnant l’autorisation du projet Northvolt (probablement le document le plus digeste et résumant le plus simplement les enjeux);
  • L’avis faunique du MELCCFP critiquant plusieurs aspects du projet Northvolt;
  • Un document touffu (2 400 pages) regroupant le certificat d’autorisation du projet Northvolt, émis par le ministère; les rapports d’inventaires des milieux naturels par la firme CIMA+; les rapports de réhabilitation des terrains contaminés, etc.
    • J’attire particulièrement votre attention sur les pages 768 à 809 où on retrouve des questions du ministères, auxquels le consultant et le promoteur ne répondent que partiellement. On retrouve des notes de l’analyste en rouge, qui corrige les calculs du consultant, aux pages 782 à 788.
  • Une rectification à l’autorisation ministérielle;
  • Le rapport d’analyse appuyant le refus du projet MC2.

(Merci à Audréanne Loiselle pour l’épluchage de documents, les réflexions et certaines révisions.)

Un Sacrifice tout naturel dans les médias

Voici les liens vers les principales entrevues que j’ai accordées dans la foulée du lancement de mon livre Un Sacrifice tout naturel sur les ratées de la protection des la biodiversité au Québec, une enquête journalistique en bande dessinée (je mettrai à jour régulièrement cet article).

Photo de Martin PM, bédéiste, auteur de Un Sacrifice tout naturel, en entrevue à l'émission Feu vert de la Première chaîne de Radio-Canada
Photo Chloé Sondervost

En décembre 2022, j’avais participé à une diffusion vidéo en direct de la COP 15 à Montréal, avec balado Les Lucioles sur Instagram. Cet enregistrement est toujours disponible pour réécoute.

Un Sacrifice tout naturel – lancement

C’est officiel, mon prochain livre sera officiellement lancé à Montréal le 15 février prochain, de 17h à 19h, à la boutique d’Atelier 10. Au plaisir de vous y voir! Voici un aperçu livre. Vous pouvez lire les extraits en plein format ici.




Résumé du livre: À Saint-Jérôme, un projet d’écoquartier menace la forêt du Lac Jérôme; à Notre-Dame-de-l’Île-Perrot, un lotissement est en cours de construction dans le secteur du boisé Saint-Alexis; sur les flancs du Mont Saint Bruno, des citoyens défendent le Boisé des Hirondelles contre un développement immobilier depuis bientôt 15 ans. Alors que le déclin de la biodiversité s’accélère et que les experts réunis lors de la COP15 tirent le signal d’alarme, le grignotage des milieux naturels se poursuit pourtant à un rythme effréné dans la province.

Biologiste et ancien employé du ministère de l’Environnement, Martin PM a décidé d’enquêter sur les modalités d’autorisation de ces chantiers qui empiètent petit à petit sur la nature québécoise, peu importe la rareté et la valeur des écosystèmes qu’ils détruisent. Aux côtés des citoyens et citoyennes qui militent contre le déboisement de leurs coins de verdure, il se heurte aux lenteurs et aux paradoxes des institutions supposées protéger nos milieux naturels, et démontre qu’elles sont toujours inféodées à la sacro-sainte croissance.

M’inviter à une activité publique: si vous êtes à l’extérieur de Montréal, n’hésitez pas à m’écrire si vous voulez tenir une activité publique autour de mon reportage et au sujet de la protection de la biodiversité. J’ai déjà quelques visites prévues dans des cégeps et des universités.

Précommande: il est possible de réserver le livre avant sa sortie.

Commande: le livre est dès maintenant disponible dans toutes les librairies au Québec (détails à venir pour sa sortie en Europe).

« Un Sacrifice tout naturel » sous presse

J’ai le plaisir de vous annoncer que mon prochain livre partira sous presse dans les prochains jours. Sa sortie officielle était initialement prévue en novembre 2023, mais elle a été repoussée à février 2024. (MÀJ: le livre est désormais disponible en librairie) D’ici là, voici quelques extraits des planches finales et un peu plus de détails sur ce projet dont je vous ai partagés les dessous d’enquête au fil des derniers mois.

Couverture du livre Un Sacrifice tout naturel, un reportage en bande dessinée de Martin PM sur les ratés de la protection de la biodiversité au Québec

À Saint-Jérôme, un projet d’écoquartier menace la forêt du Lac Jérôme ; à Notre-Dame-de-l’Île-Perrot, un lotissement est en cours de construction dans le secteur du boisé Saint-Alexis; sur les flancs du Mont Saint Bruno, des citoyens défendent le Boisé des Hirondelles contre un développement immobilier depuis bientôt 15 ans. Alors que le déclin de la biodiversité s’accélère et que les experts réunis lors de la COP15 tirent le signal d’alarme, le grignotage des milieux naturels se poursuit pourtant à un rythme effréné dans la province.


Biologiste et ancien employé du ministère de l’Environnement, Martin PM a décidé d’enquêter sur les modalités d’autorisation de ces chantiers qui empiètent petit à petit sur la nature québécoise, peu importe la rareté et la valeur des écosystèmes qu’ils détruisent. Aux côtés des citoyens et citoyennes qui militent contre le déboisement de leurs coins de verdure, il se heurte aux lenteurs et aux paradoxes des institutions supposées protéger nos milieux naturels, et démontre qu’elles sont toujours inféodées à la sacro-sainte croissance.

Un sacrifice tout naturel – Les ratées de la protection de la biodiversité au Québec est le fruit d’une enquête journalistique que j’ai menée pendant plus de deux ans, comprenant plusieurs dizaines d’entrevues, de nombreuses visites sur le terrain, 80 demandes d’accès à l’information et l’analyse de plusieurs bases de données. Cette bande dessinée sera publiée dans la collection Journalisme9, coéditée par La Pastèque et Atelier 10.

Extrait du livre « Un Sacrifice tout naturel » de Martin PM, une enquête dessinée sur les ratées de la protection de la biodiversité au Québec
Extrait du livre « Un Sacrifice tout naturel » de Martin PM, une enquête dessinée sur les ratées de la protection de la biodiversité au Québec
Extrait du livre « Un Sacrifice tout naturel » de Martin PM, une enquête dessinée sur les ratées de la protection de la biodiversité au Québec

Dessiner l’enquête – suite

Mon projet de long bédéreportage sur les ratées de la protection de la biodiversité au Québec avance bien. Mes éditeurs, La Pastèque et Atelier 10, prévoient une publication dans leur collection Journalisme9 à l’automne 2023 au début février 2024 (mon éditeur a repoussé la sortie du livre). Je dois terminer de dessiner mes 142 planches dans les prochaines semaines.

J’ai complété le crayonné de toutes ces pages. J’ai aussi terminé l’encrage (le trait final) de la première moitié du livre. Et j’ai mis en couleur le premier quart et quelques pages des autres sections pour tester mes palettes de couleurs. Il y a une palette pour les trois principaux dossiers suivis et une autre pour les pistes de solutions en conclusion.

Voici quelques extraits. Sur ce, je dois retourner à la table à dessin pour encrer la deuxième moitié du livre! Vous pouvez me suivre sur Instagram pour avoir un peu plus d’extraits et quelques vidéos.

Le Bonheur en transition – L’initiative locale

Au printemps 2018, je publiais un bédéreportage sur la transition environnementale hors des grands centres urbains, plus précisément à Rimouski. Ce reportage a été publié dans le numéro 13 du magazine Nouveau projet. Ce reportage s’est valu une médaille d’argent aux Prix du magazine canadien 2019. Nous voici maintenant en campagne électorale municipale à l’échelle du Québec. Alors qu’il est de plus en plus question du pouvoir local des citoyens et de la transition environnemental, j’ai jugé bon de publier l’intégralité du reportage sur mon blogue. Bonne lecture!

Médaille d'argent aux Prix du magazine canadien 2019

Page d'introduction du bédéreportage Le Bonheur en transition, au sujet de la transition environnementale à Rimouski

Page 2 du bédéreportage Le Bonheur en transition, au sujet de la transition environnementale à Rimouski 

Page 4 du bédéreportage Le Bonheur en transition, au sujet de la transition environnementale à Rimouski Page 5 du bédéreportage Le Bonheur en transition, au sujet de la transition environnementale à Rimouski Page 6 du bédéreportage Le Bonheur en transition, au sujet de la transition environnementale à Rimouski

Page 10 du bédéreportage Le Bonheur en transition, au sujet de la transition environnementale à Rimouski Page 11 du bédéreportage Le Bonheur en transition, au sujet de la transition environnementale à Rimouski

Prix du magazine canadien 2019

Médaille d'argent aux Prix du magazine canadien 2019

J’ai l’immense honneur d’avoir remporté une médaille d’argent au Prix du magazine canadien/National Magazine Awards 2019, décernés à Toronto ce vendredi soir, pour mon reportage en bande dessinée publié dans Nouveau Projet n°13. En plus, Nouveau projet a remporté la médaille d’or du magazine de l’année! Merci à toute l’équipe du magazine, en particulier Judith Olivier pour la belle collaboration et pour la confiance qu’elle m’a accordée.

Vous pouvez lire l’intégralité de mon reportage en déboursant un petit 2,49$ par ici (j’en reçois une petite redevance, donc vous vous trouvez à m’encourager et à encourager le journalisme en bande dessinée par le fait même!).

En voici un bref extrait:

Extrait d'un bédéreportage sur la transition environnementale à Rimouski

Nouveau Projet

Nouveau Projet est un magazine culture et société québécois qui réserve une place à un bédéreportage à chacun de ses numéros. J’ai eu le plaisir de réalisé ce reportage en BD pour le prochain numéro dont le principal dossier portera sur la qualité de vie. Le Bonheur en transition: comment se vit la transition environnemental à Rimouski, hors des grands centres?

np13_couv_finale_2400px

Le prochain numéro de Nouveau Projet sera en kiosque le 20 mars 2018 et qui de l’objet d’un lancement montréalais le 22 mars 2018 au Ping Pong Club. Voici un bref extrait de mon reportage:

encrage_nouvproj_blogue_p001

Vous pouvez lire l’intégral en achetant le bédéreportage en format électronique sur le site des Libraires pour un petit 2,49$.

***MÀJ 9 avril 2019*** Depuis septembre 2018, la ville de Rimouski a dévoilé plus précisément ses intentions quant au réaménagement de sont centre-ville. En février 2019, elle en a dévoilé les plans finaux. Depuis, de longues négociations ont été entrepris avec les propriétaires riverains qui détiennent un droit de refus quant à tout projet de réaménagement du secteur. En tout, 90 propriétaires ont accepté le projet, mais sept refusent toujours et encore. La ville songe à faire adopter une loi privée pour passer outre. Une manifestation citoyenne s’organise pour le 10 avril 2019.