Les promesses de changements

Le nouveau cadre mondial sur la biodiversité de Kunming-Montréal a été adopté dans la nuit du 19 décembre 2022 à Montréal. Les délégués de 196 pays ont adopté de grands objectifs, dont l’arrêt du déclin de la biodiversité et le renversement de la tendance dès 2030, et plusieurs cibles pour atteindre ces objectifs.

Notamment, d’ici 2030, 30% d’aires protégées, la restauration de 30% des écosystèmes dégradés et des investissements annuels de 30 milliards $ des pays développés vers les pays en développement. Par contre, beaucoup de cibles restent floues, non chiffrées et peu mesurables. C’était déjà le principal problème des précédentes cibles d’Aïchi pour 2020, en plus du manque de financement.

Voici ma 4e et dernière capsule sur la biodiversité et la COP15 (les quatre capsules se retrouve ici). Je n’y fais pas une analyse du cadre mondial. Je poursuis la réflexion des capsules précédentes sur les fausses pistes de solution. Pour la suite, on se retrouvera au moment de la publication de mon bédéreportage chez Journalisme9. Vous pouvez suivre l’évolution du projet en me suivant sur Instagram.

Capsule en BD sur la COP15 de Montréal et la biodiversité
Capsule en BD sur la COP15 de Montréal et la biodiversité. Cible de 30% d'aires protégées au Québec et au Canada.
Capsule en BD sur l'objectif de freiner le déclin de la biodiversité et de la rétablir pour 2030.
Capsule en BD sur la COP15 de Montréal et la biodiversité, et sur le nouveau terme «nature positive»
Capsule en BD sur la COP15 de Montréal et la biodiversité: les critiques de l'approche «nature positive»
Capsule en BD sur la COP15 de Montréal et la biodiversité: les critiques de l'approche «nature positive»
Capsule en BD sur la COP15 de Montréal et la biodiversité: les critiques de l'approche «nature positive»
Capsule en BD sur la COP15 de Montréal et la biodiversité: les critiques de l'approche «nature positive» et la restauration.
Capsule en BD sur la COP15 de Montréal et la biodiversité: les critiques de l'approche «nature positive» et la présence des lobbys économiques lors des négociations de la COP15
Capsule en BD sur la COP15 de Montréal et la biodiversité: quels objectifs?

Compléments

Voici quelques éléments clés du cadre mondial adopté, en lien avec la capsule:

  • Le terme «nature positive» n’a finalement pas été retenu dans le texte du cadre mondial, malgré sont omniprésence à des kiosques, dans les discussions et lors des conférences de presse à la COP15 au Palais des congrès de Montréal. Son essence est toutefois présente dans plusieurs sections du texte du cadre mondial.
  • Il y a bel et bien une cible chiffrée pour la restauration de 30 % d’écosystèmes d’ici 2030.
  • L’objectif pour stopper et renverser le déclin de la biodiversité et la destruction des écosystèmes est toutefois moins clair et non chiffré. Il est même moins précis que la cible d’Aïchi pour 2020:
    • Aïchi, cible 5: «D’ici à 2020, le rythme d’appauvrissement de tous les habitats naturels, y compris les forêts, est réduit de moitié au moins et si possible ramené à près de zéro, et la dégradation et la fragmentation des habitats sont sensiblement réduites.»
    • Nouveau cadre mondial, section F, mission 2030: «To take urgent action to halt and reverse biodiversity loss to put nature on a path to recovery […]» On comprend que l’objectif est de le ramener à zéro, mais il n’y a aucune cibles mesurables incluses dans l’objectif.

Il y a quelques autres cibles chiffrées, mais une majorité de cibles floues dont celles visant des usages «durables» des ressources et du territoires. Même les 30 % d’aires protégées peuvent faire l’objet d’un usage «durable» en respect avec la mission de conservation de ces aires. Qui déterminera et fera le suivi de ce qui est réellement «durable»? Nous avons par exemple au Québec une Loi sur l’aménagement durable du territoire forestier, mais nous sommes loin de la coupe aux lèvres en terme de durabilité de la foresterie québécoise. La situation du Caribou forestier en est un malheureux exemple.

Finalement, le cadre mondial n’a pas retenu de cible claire et chiffrée pour s’attaquer aux causes sous-jacentes du déclin de la biodiversité, en transformant notre économie pour réduire la production et de la consommation. La COP15 a été l’occasion de réfléchir à ces causes sous-jacentes, notamment en marge de L‘Engagement de Montréal, mais ces réflexions ne se retrouvent pas dans le cadre mondial.

J’ai aussi participé à une discussion en direct de la dernière journée de la COP15 sur Instagram avec Les Lucioles, le balado de deux biologistes-chercheures de l’Université de Montréal. C’est possible d’aller l’écouter en rediffusion.

Références

Je lis la science… des goélands!

Ce 22 septembre 2021 est la journée nationale Je lis la science au Canada. Pour l’occasion, je vous offre cette courte bande dessinée que j’ai exposé l’été dernier dans des parcs de Merci, dans l’arrondissement Mercier-Hochelaga-Maisonneuve à Montréal. Cette BD est inspirée des travaux de recherche menés à l’UQAM, où j’ai complété il y a 10 ans une maîtrise en biologie. J’y explique la présence des goélands à bec cerclé à Montréal, leur nidification, leur migration, le baguage des oiseaux, etc.

Lorsqu’on m’a approché, on m’avait demandé si c’était possible d’avoir une BD en 3 parties, à exposer dans trois parcs différents, qui pourraient se lire en débutant par l’une ou l’autre. C’est pourquoi j’ai essayé de créer une BD «cyclique», en trois parties de trois planches, sur les différentes saisons dans la vie et la migration d’un goéland.

Merci à la Maison de la Culture Maisonneuve et à Science pour tous pour cette collaboration!

Bande dessinée de vulgarisation scientifique sur le goéland à bec cerclé: page 1, on y voit un goéland voler un sandwich dans un parc montréalais en bordure du fleuve Saint-LaurentBande dessinée de vulgarisation scientifique sur le goéland à bec cerclé: page 2, on y explique la différennce entre «mouette» et «goéland» et on explique le déclin des goélands au début du 20e siècle Bande dessinée de vulgarisation scientifique sur le goéland à bec cerclé: page 3, on explique l'importance de la voie maritime du Saint-Laurent pour la nidification des goélands à MontréalBande dessinée de vulgarisation scientifique sur le goéland à bec cerclé: page 4, on montre la migration post-nidification des goélands au Québec Bande dessinée de vulgarisation scientifique sur le goéland à bec cerclé: page 6, on explique pourquoi on pose des bagues sur les pattes des oiseaux Bande dessinée de vulgarisation scientifique sur le goéland à bec cerclé: page 5, on montre la migration post-nidification des goéland au Québec

Bande dessinée de vulgarisation scientifique sur le goéland à bec cerclé: page 7, on y décrit la migration hivernale des goélands, aussi loin qu'en Floride ou même Cuba! Bande dessinée de vulgarisation scientifique sur le goéland à bec cerclé: page 8, on décrit les sites d'hivernage des goélands sur la côte Est des États-UnisBande dessinée de vulgarisation scientifique sur le goéland à bec cerclé: page 9, retour des goélands au printemps pour la reproduction et la nidification à Montréal

La préhistoire du Québec… illustrée

Voici un projet que j’ai eu beaucoup de plaisir à illustrer: les trois tomes de la série documentaire jeunesse sur la préhistoire du Québec écrite par Patrick Couture et éditée par Fides. Les trois livres seront lancés ce 7 avril 2021. Ils sont déjà disponibles en précommande sur le site des librairies indépendantes du Québec: tome 1, tome 2 & tome 3. Public cible: 2e cycle du primaire.

Bonne lecture!

Illustration de la couverture du tome 1 de la Préhistoire du Québec, publié chez Fides

Illustration de la couverture du tome 2 de la Préhistoire du Québec, publié chez Fides

Illustration de la couverture du tome 3 de la Préhistoire du Québec, publié chez Fides

La Semaine de la culture scientifique

En septembre, on célèbre la Semaine de la culture scientifique du Québec et du Canada. J’ai eu le plaisir de participer au lancement de la semaine québécoise aux installations Chouette à voir! de l’Union québécoise de réhabilitation des oiseaux de proie.

Nous y étions quatre illustrateurs et illustratrices scientifiques invités par Science pour tous, pour parler de notre métier et aussi, bien sûr, pour griffonner! Voici quelques photos de l’évènement, me mettant plus ou moins en scène, prises par Sarah Hermand.

Lancement de la Semaine de la culture scientifique 2020 à l'UQROP

Lancement de la Semaine de la culture scientifique 2020 à l'UQROP

Lancement de la Semaine de la culture scientifique 2020 à l'UQROP

Lancement de la Semaine de la culture scientifique 2020 à l'UQROP

(Photos ©Sarah Hermand de Science pour tous)

L’Illustre recherche 2019-2020

Voici la nouvelle édition de L’Illustre recherche, un concours de la FAECUM pour lequel les étudiants et étudiantes-chercheures de l’Université de Montréal remportent une mise en BD de leur projet de recherche. Cette année, j’ai eu le plaisir de collaborer avec Emmanuelle Chrétien, étudiante au doctorat en biologie. Voici le résultat:

Bande dessinée de vulgarisation scientifique sur la personnalité des poissons Bande dessinée de vulgarisation scientifique sur la personnalité des poissons

Vous pouvez lire toutes les BD du projet par-ici.

L’aquarelle s’illustre

Illustration de la rôtisserie Ty-Coq sur l'avenue du Mont-Royal à Montréal

Je teste de plus en plus l’aquarelle pour colorer des illustrations et des bande dessinées. Ici, un souvenir d’enfance et de famille, la rôtisserie Ty-Coq BBQ, avant sa dernière rénovation, puis sa fermeture.

Pas toujours drôle, la vie de phoque!

J’ai eu le plaisir de travailler sur un très beau projet avec une biologiste de la faune d’Environnement Canada, plus tôt cette année. Elle travaille sur la présence des contaminants en arctique canadien, transportés de nos régions du Sud par les courants et vents dominants. Elle étudie ces contaminants entre autres chez les phoques annulés

Nous avons donc élaboré un livret pédagogique et en BD destiné principalement aux écoles inuites de différentes régions. En attendant de pouvoir partager l’intégral, voici une page:

Liste des phoques présent au Nuvanut et en arctique canadien - All the seal species possibly present in Canadian Arctic and Nuvanut