Un Sacrifice tout naturel dans les médias

Voici les liens vers les principales entrevues que j’ai accordées dans la foulée du lancement de mon livre Un Sacrifice tout naturel sur les ratées de la protection des la biodiversité au Québec, une enquête journalistique en bande dessinée (je mettrai à jour régulièrement cet article).

Photo de Martin PM, bédéiste, auteur de Un Sacrifice tout naturel, en entrevue à l'émission Feu vert de la Première chaîne de Radio-Canada
Photo Chloé Sondervost

En décembre 2022, j’avais participé à une diffusion vidéo en direct de la COP 15 à Montréal, avec balado Les Lucioles sur Instagram. Cet enregistrement est toujours disponible pour réécoute.

Un Sacrifice tout naturel – lancement

C’est officiel, mon prochain livre sera officiellement lancé à Montréal le 15 février prochain, de 17h à 19h, à la boutique d’Atelier 10. Au plaisir de vous y voir! Voici un aperçu livre. Vous pouvez lire les extraits en plein format ici.




Résumé du livre: À Saint-Jérôme, un projet d’écoquartier menace la forêt du Lac Jérôme; à Notre-Dame-de-l’Île-Perrot, un lotissement est en cours de construction dans le secteur du boisé Saint-Alexis; sur les flancs du Mont Saint Bruno, des citoyens défendent le Boisé des Hirondelles contre un développement immobilier depuis bientôt 15 ans. Alors que le déclin de la biodiversité s’accélère et que les experts réunis lors de la COP15 tirent le signal d’alarme, le grignotage des milieux naturels se poursuit pourtant à un rythme effréné dans la province.

Biologiste et ancien employé du ministère de l’Environnement, Martin PM a décidé d’enquêter sur les modalités d’autorisation de ces chantiers qui empiètent petit à petit sur la nature québécoise, peu importe la rareté et la valeur des écosystèmes qu’ils détruisent. Aux côtés des citoyens et citoyennes qui militent contre le déboisement de leurs coins de verdure, il se heurte aux lenteurs et aux paradoxes des institutions supposées protéger nos milieux naturels, et démontre qu’elles sont toujours inféodées à la sacro-sainte croissance.

M’inviter à une activité publique: si vous êtes à l’extérieur de Montréal, n’hésitez pas à m’écrire si vous voulez tenir une activité publique autour de mon reportage et au sujet de la protection de la biodiversité. J’ai déjà quelques visites prévues dans des cégeps et des universités.

Précommande: il est possible de réserver le livre avant sa sortie.

Commande: le livre est dès maintenant disponible dans toutes les librairies au Québec (détails à venir pour sa sortie en Europe).

Expozine 2023

Après quatre d’absence (pandémie et petite pause professionnelle), je serai de retour à Expozine, la grande foire montréalaise de la microédition, ces 2 & 3 décembre! En très bonne compagnie en plus, partageant ma table avec la talentueuse Lucile Bernard.

Au menu: zines, autocollants, cartes de Noël à saveur scientifique, etc. J’ai mis à jour ma boutique Etsy pour ceux et celles qui ne pourront pas s’y rendre.

Illustration promotionnelle pour la présence du bédéiste Martin PM à l'édition 2023 d'Expozine, la foire montréalaise de la microédition.

Au plaisir de vous y voir!

« Un Sacrifice tout naturel » sous presse

J’ai le plaisir de vous annoncer que mon prochain livre partira sous presse dans les prochains jours. Sa sortie officielle était initialement prévue en novembre 2023, mais elle a été repoussée à février 2024. (MÀJ: le livre est désormais disponible en librairie) D’ici là, voici quelques extraits des planches finales et un peu plus de détails sur ce projet dont je vous ai partagés les dessous d’enquête au fil des derniers mois.

Couverture du livre Un Sacrifice tout naturel, un reportage en bande dessinée de Martin PM sur les ratés de la protection de la biodiversité au Québec

À Saint-Jérôme, un projet d’écoquartier menace la forêt du Lac Jérôme ; à Notre-Dame-de-l’Île-Perrot, un lotissement est en cours de construction dans le secteur du boisé Saint-Alexis; sur les flancs du Mont Saint Bruno, des citoyens défendent le Boisé des Hirondelles contre un développement immobilier depuis bientôt 15 ans. Alors que le déclin de la biodiversité s’accélère et que les experts réunis lors de la COP15 tirent le signal d’alarme, le grignotage des milieux naturels se poursuit pourtant à un rythme effréné dans la province.


Biologiste et ancien employé du ministère de l’Environnement, Martin PM a décidé d’enquêter sur les modalités d’autorisation de ces chantiers qui empiètent petit à petit sur la nature québécoise, peu importe la rareté et la valeur des écosystèmes qu’ils détruisent. Aux côtés des citoyens et citoyennes qui militent contre le déboisement de leurs coins de verdure, il se heurte aux lenteurs et aux paradoxes des institutions supposées protéger nos milieux naturels, et démontre qu’elles sont toujours inféodées à la sacro-sainte croissance.

Un sacrifice tout naturel – Les ratées de la protection de la biodiversité au Québec est le fruit d’une enquête journalistique que j’ai menée pendant plus de deux ans, comprenant plusieurs dizaines d’entrevues, de nombreuses visites sur le terrain, 80 demandes d’accès à l’information et l’analyse de plusieurs bases de données. Cette bande dessinée sera publiée dans la collection Journalisme9, coéditée par La Pastèque et Atelier 10.

Extrait du livre « Un Sacrifice tout naturel » de Martin PM, une enquête dessinée sur les ratées de la protection de la biodiversité au Québec
Extrait du livre « Un Sacrifice tout naturel » de Martin PM, une enquête dessinée sur les ratées de la protection de la biodiversité au Québec
Extrait du livre « Un Sacrifice tout naturel » de Martin PM, une enquête dessinée sur les ratées de la protection de la biodiversité au Québec

Dessiner l’enquête – suite

Mon projet de long bédéreportage sur les ratées de la protection de la biodiversité au Québec avance bien. Mes éditeurs, La Pastèque et Atelier 10, prévoient une publication dans leur collection Journalisme9 à l’automne 2023 au début février 2024 (mon éditeur a repoussé la sortie du livre). Je dois terminer de dessiner mes 142 planches dans les prochaines semaines.

J’ai complété le crayonné de toutes ces pages. J’ai aussi terminé l’encrage (le trait final) de la première moitié du livre. Et j’ai mis en couleur le premier quart et quelques pages des autres sections pour tester mes palettes de couleurs. Il y a une palette pour les trois principaux dossiers suivis et une autre pour les pistes de solutions en conclusion.

Voici quelques extraits. Sur ce, je dois retourner à la table à dessin pour encrer la deuxième moitié du livre! Vous pouvez me suivre sur Instagram pour avoir un peu plus d’extraits et quelques vidéos.

Dessiner l’enquête

Après 2 ans de recherche, d’entrevues, de visites terrain et de demandes d’accès à l’information, j’ai commencé cet hiver la phase intensive de dessin de mon bédéreportage à paraître chez Journalisme9.

De quoi il s’agit? C’est une enquête journalistique sur les ratées de la protection de la biodiversité au Québec. Je vous propose de suivre des citoyen·ne·s dans les dédales administratifs des autorisations environnementales et de l’interprétation de nos lois. Le tout sera publié sous forme de livre dans les prochains mois dans la collection Journalisme9 (Éditions de La Pastèque et Atelier 10).

C’est un véritable marathon de dessin. Au final, il devrait y avoir entre 140 et 150 planches de BD, sans compter les annexes et autres pages. Alors, voici quelques extraits de mon crayonné et de mon encrage de ce bédéreportage (j’ai presque complété 50% du crayonné et 25% de l’encrage).

Extrait de BD à paraître chez Journalisme9 sur la protection de la biodiversité au Québec
Extrait de BD à paraître chez Journalisme9 sur la protection de la biodiversité au Québec
Extrait de BD à paraître chez Journalisme9 sur la protection de la biodiversité au Québec
Extrait de BD à paraître chez Journalisme9 sur la protection de la biodiversité au Québec
Extrait de BD à paraître chez Journalisme9 sur la protection de la biodiversité au Québec

Je donnerai davantage de nouvelles et montrerai plusieurs extraits sur mon compte Instagram. Vous pouvez aussi suivre ma page Facebook, bien que j’aie tendance à la délaisser de plus en plus pour Instagram.

Pledge for change

(Ici pour lire l’ensemble des capsules sur la COP15, incluant les versions françaises)

The delegates from 196 countries finally agreed in December 2022 in Montreal on the new Kunming-Montreal Global Biodiversity Framework. It includes four goals and 23 targets, as the 30% of protected world’s land and water areas by 2030.

Here is my fourth and last short comic about COP15 and biodiversity.

Voici ma 4e et dernière capsule sur la biodiversité et la COP15 (click here to read the four comics).

A short comic about COP15 in Montreal, biodiversity and nature positive
A short comic about COP15 in Montreal, biodiversity and nature positive
A short comic about COP15 in Montreal, biodiversity and nature positive
A short comic about COP15 in Montreal, biodiversity and nature positive
A short comic about COP15 in Montreal, biodiversity and nature positive
A short comic about COP15 in Montreal, biodiversity and nature positive
A short comic about COP15 in Montreal, biodiversity and nature positive
A short comic about COP15 in Montreal, biodiversity and nature positive
A short comic about COP15 in Montreal, biodiversity and nature positive
A short comic about COP15 in Montreal, biodiversity and nature positive

References

Les promesses de changements

Le nouveau cadre mondial sur la biodiversité de Kunming-Montréal a été adopté dans la nuit du 19 décembre 2022 à Montréal. Les délégués de 196 pays ont adopté de grands objectifs, dont l’arrêt du déclin de la biodiversité et le renversement de la tendance dès 2030, et plusieurs cibles pour atteindre ces objectifs.

Notamment, d’ici 2030, 30% d’aires protégées, la restauration de 30% des écosystèmes dégradés et des investissements annuels de 30 milliards $ des pays développés vers les pays en développement. Par contre, beaucoup de cibles restent floues, non chiffrées et peu mesurables. C’était déjà le principal problème des précédentes cibles d’Aïchi pour 2020, en plus du manque de financement.

Voici ma 4e et dernière capsule sur la biodiversité et la COP15 (les quatre capsules se retrouve ici). Je n’y fais pas une analyse du cadre mondial. Je poursuis la réflexion des capsules précédentes sur les fausses pistes de solution. Pour la suite, on se retrouvera au moment de la publication de mon bédéreportage chez Journalisme9. Vous pouvez suivre l’évolution du projet en me suivant sur Instagram.

Capsule en BD sur la COP15 de Montréal et la biodiversité
Capsule en BD sur la COP15 de Montréal et la biodiversité. Cible de 30% d'aires protégées au Québec et au Canada.
Capsule en BD sur l'objectif de freiner le déclin de la biodiversité et de la rétablir pour 2030.
Capsule en BD sur la COP15 de Montréal et la biodiversité, et sur le nouveau terme «nature positive»
Capsule en BD sur la COP15 de Montréal et la biodiversité: les critiques de l'approche «nature positive»
Capsule en BD sur la COP15 de Montréal et la biodiversité: les critiques de l'approche «nature positive»
Capsule en BD sur la COP15 de Montréal et la biodiversité: les critiques de l'approche «nature positive»
Capsule en BD sur la COP15 de Montréal et la biodiversité: les critiques de l'approche «nature positive» et la restauration.
Capsule en BD sur la COP15 de Montréal et la biodiversité: les critiques de l'approche «nature positive» et la présence des lobbys économiques lors des négociations de la COP15
Capsule en BD sur la COP15 de Montréal et la biodiversité: quels objectifs?

Compléments

Voici quelques éléments clés du cadre mondial adopté, en lien avec la capsule:

  • Le terme «nature positive» n’a finalement pas été retenu dans le texte du cadre mondial, malgré son omniprésence à des kiosques, dans les discussions et lors des conférences de presse à la COP15 au Palais des congrès de Montréal. Son essence est toutefois présente dans plusieurs sections du texte du cadre mondial.
  • Il y a bel et bien une cible chiffrée pour la restauration de 30 % d’écosystèmes d’ici 2030.
  • L’objectif pour stopper et renverser le déclin de la biodiversité et la destruction des écosystèmes est toutefois moins clair et non chiffré. Il est même moins précis que la cible d’Aïchi pour 2020:
    • Aïchi, cible 5: «D’ici à 2020, le rythme d’appauvrissement de tous les habitats naturels, y compris les forêts, est réduit de moitié au moins et si possible ramené à près de zéro, et la dégradation et la fragmentation des habitats sont sensiblement réduites.»
    • Nouveau cadre mondial, section F, mission 2030: «To take urgent action to halt and reverse biodiversity loss to put nature on a path to recovery […]» On comprend que l’objectif est de le ramener à zéro, mais il n’y a aucune cibles mesurables incluses dans l’objectif.

Il y a quelques autres cibles chiffrées, mais une majorité de cibles floues dont celles visant des usages «durables» des ressources et du territoires. Même les 30 % d’aires protégées peuvent faire l’objet d’un usage «durable» en respect avec la mission de conservation de ces aires. Qui déterminera et fera le suivi de ce qui est réellement «durable»? Nous avons par exemple au Québec une Loi sur l’aménagement durable du territoire forestier, mais nous sommes loin de la coupe aux lèvres en terme de durabilité de la foresterie québécoise. La situation du Caribou forestier en est un malheureux exemple.

Finalement, le cadre mondial n’a pas retenu de cible claire et chiffrée pour s’attaquer aux causes sous-jacentes du déclin de la biodiversité, en transformant notre économie pour réduire la production et la consommation. La COP15 a été l’occasion de réfléchir à ces causes sous-jacentes, notamment en marge de L‘Engagement de Montréal, mais ces réflexions ne se retrouvent pas dans le cadre mondial.

J’ai aussi participé à une discussion en direct de la dernière journée de la COP15 sur Instagram avec Les Lucioles, le balado de deux biologistes-chercheures de l’Université de Montréal. C’est possible d’aller l’écouter en rediffusion.

Références