Souvenirs de Bylot – 4a)

Je pensais mettre en ligne cette histoire d’un coup, mais elle s’avère trop longue à mettre en images pendant le temps des fêtes et le ménage du nouvel appartement. Alors j’y vais par morceaux.

(Cliquer sur l’image pour agrandir.)

Je ne sais pas si le paysage est facile à décoder, c’est pas évidant dessiner la toundra (du brun partout, pas plus haut que 15-20 cm).

Noël

Surconsommation, mascarade et indigestion, plusieurs n’aiment pas Noël et le temps des fêtes. De mon côté, je prends ça comme une période où on a du plaisir avec la famille. Et surtout durant laquelle on mange des trucs maison qu’on ne mange pas le reste de l’année: des petites sandwichs pas de croûtes, des petites sandwichs pas de croûtes roulées (!), des saucisses dans la pâte, des biscuits de «fantaisies» (avec une pinottes, c’est encore meilleur qu’avec des cerises), des beignes et du sucre à la crème.

Bientôt de retour avec la suite des souvenirs de Bylot…

Souvenirs de Bylot – 3

Je me suis dit que ça pourrait être intéressant de situer l’île Bylot avant d’aller plus loin dans cette histoire.

ile_bylot2

Cliquer sur l’image pour agrandir.

Gelé par l’hiver

Il risque d’y avoir encore un petit ralentissement dans la publication de dessins pour la prochaine semaine. J’ai fini mon bacc., il y a eu un bal bien arrosé, maintenant un déménagement et le trottage et voiturage habituel du temps des fêtes

Je reviens bientôt sur les souvenirs de Bylot et bien d’autres choses. J’ai pas l’intention de signer un pacte diabolique d’un dessin par jour, mais j’ai l’intention de publier plus régulièrement qu’avant, sinon comment m’améliorai-je? Certainement pas en courant après des goélands. :)

Le Noël de Stephen Harper

Ne nous réjouissons pas trop vite, en ces temps de déficit…

harper_noel

Le petit chien en bas à droite, qui ressemble à un rat, c’est une blague familiale difficile à expliquer.

James Bond, Dr. No, des mangues et des bananes…

Je suis aller voir le dernier James Bond. Mes James Bond préférés sont ceux des années 60, avec Sean Connery et celui avec George Lazenby. Mais bon, il me restait un billet gratis pour aller au cinéma et il n’y avait rien d’autre qui me tentait.

Ça m’a rappeler James Bond contre Dr. No, en Jamaïque. Surtout la scène où James se fait décontaminer sur un tapis roulant après avoir trempé dans des boues radioactive. Et que dire de la trame sonore: Mango, banana and tangerine! (J’ai écris tango, parce que c’est toujours ce que j’ai chanté…)

Souvenirs de Bylot – 2

Le Pluvier bronzé (Pluvialis dominica), comme beaucoup d’autres oiseaux, tente d’attirer les prédateurs loin de son nid en simulant une fracture à l’aile.

pluvier_montageb

Ces petites bestioles m’ont donné beaucoup de fil à retordre cet été. Elles sont loin d’être bêtes comme les oies: elles nous repèrent de loin (200, 300, voire 400 m), s’éloignent à une distance importante du nid (au moins 100 ou 150 m) et commencent à crier pour attirer notre attention. Elles s’éloignent ensuite de plus en plus du nid, jusqu’au moment où… oups! Elles s’envolent et nous les perdons de vue. Mais si le chercheur de nid est assez futé et qu’il est près de son but, le mâle et la femelle tentent d’attirer son attention par tous les moyens: simulacre d’ailes cassées et cris stridents. C’est assez sportif!

Par contre, la récompense n’est pas une omelette d’oeufs de pluviers, mais la confirmation de la suprématie de la cervelle de primate sur la cervelle d’oiseau.

Souvenirs de Bylot – 1

Bon, lâchons un peu la politique. Je ne la délaisse totalement, mais je rétabli un peu l’équilibre. Et j’ai l’intention de poursuivre le Petit atlas illustré de la Russie. Voici le premier de quelques souvenirs de l’île Bylot.

Les labbes à longue queue (Stercorarius longicaudus, proche cousin du Stercorarius parasiticus) sont des oiseaux prédateurs très agressifs qui ne se gênent pas pour attaquer plus grands qu’eux quand vient le temps de défendre leur territoire.

bylot1(Cliquer pour agrandir.)